Contraceptifs et risque thrombo-embolique : influence du progestatif.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contraceptifs et risque thrombo-embolique : influence du progestatif.

Message  radia_inc le Dim 20 Nov - 0:08


Il est désormais reconnu que la prise d’une pilule contraceptive œstro-progestative augmente le risque thrombo-embolique. Celui-ci diminue avec le temps et avec la dose d’œstrogène contenue dans la pilule. Mais l’influence du progestatif à cet égard est encore peu claire. De nombreux travaux ont été réalisés sur ce thème, mais leurs résultats ne sont pas tous concordants.

C’est la raison pour laquelle l’Agence Européenne du médicament a demandé à une équipe danoise de réaliser une nouvelle étude de cohorte basée sur les données de leur registre national, en se concentrant sur les variations du risque thrombo-embolique en fonction du progestatif utilisé.

Au cours d’un suivi de 8 010 290 années-femmes, 4 307 accidents thrombo-emboliques ont été observés, dont 63,6 % étaient une phlébite profonde des membres inférieurs et 26,2 % une embolie pulmonaire. Les femmes utilisant un contraceptif contenant 30 à 40 μg d’éthinylestradiol et du lévonorgestrel ont un risque thrombo-embolique presque 3 fois supérieur à celles n’utilisant pas de contraception hormonale (Risque Relatif 2,9 ; intervalle de confiance à 95 % : 2,2 à 3,Cool. Le risque est cependant plus important lorsque le progestatif est du désogestrel (6,6 ; 5,6 à 7,Cool, du gestodène (6,2 ; 5,6 à 7,0) ou de la drospirénone (6,4 ; 5,4 à 7,5). Après ajustement pour la durée d’utilisation, le risque avec ces 3 derniers progestatifs reste un peu plus de 2 fois plus élevé que celui qui est constaté avec le lévonorgestrel. Les pilules contenant uniquement un progestatif et le dispositif intra-utérin à la progestérone ne sont pas concernés par cette augmentation du risque thrombo-embolique.

Il faut toutefois relativiser ce danger, qui représente moins de 10 accidents thrombo-emboliques pour 10 000 années-femmes. Les auteurs estiment que pour éviter 1 accident thrombo-embolique, il faudrait changer la contraception de 2 000 femmes utilisant une pilule contenant du désogestrel, du gestodène ou de la drospirénone, pour une pilule contenant du lévonorgestrel.

Il faut surtout remarquer que, si les contre-indications de prescription sont respectées, le risque thrombo-embolique demeure très faible et que le rapport bénéfice-risque de la pilule reste largement favorable.
avatar
radia_inc

Messages : 13
Date d'inscription : 20/10/2011
Age : 40
Localisation : MOSTAGANEM

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contraceptifs et risque thrombo-embolique : influence du progestatif.

Message  marysa le Dim 20 Nov - 19:17

moi personnellement je prefere laisser le choix a la patiente en question;quand les contre-indications sont relatives;je lui explique ce qu'il en ai et c a elle de faire son choix libre et informer
toutefois ,l'Agence européenne du médicament (EMA) a confirmé ce constat, précisant toutefois que le rapport bénéfice/risque de ce type de contraceptifs restait positif.
L'Afssaps (agence française de securitè sanitaire des produits de santè) rappelle aux usagers du système de soins que les professionnels de santé demeurent les meilleurs interlocuteurs pour répondre à toutes leurs questions. Les médecins et sage-femmes sont, quant à eux, invités à prendre en compte les potentiels facteurs de risque lors de la prescription d'un contraceptif oral.
avatar
marysa

Messages : 23
Date d'inscription : 19/10/2011
Localisation : http://www.facebook.com/pages/vocation-sage-femme/144349556751

Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/pages/vocation-sage-femme/144349556751

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum